Deux ans après la Coupe du monde, le point sur la pratique du rugby en Île-de-France

Dossier n° 8

01 novembre 2009ContactClaire PEUVERGNE

En 2007, la France accueillait la sixième Coupe du monde de Rugby. Si les pouvoirs publics et le comité organisationnel fondaient des espoirs importants sur les retombées économiques d'un tel évènement, espoirs qui semblent aujourd'hui en partie comblés, son retentissement sur le développement de la pratique sportive était aussi très attendu.

Parmi les bénéfices « sociaux » retirés de l’organisation d’un grand événement, il en est un, régulièrement mis en avant, considéré comme acquis mais rarement mesuré sur le long terme, celui de l’augmentation de la pratique licenciée dans la ou les disciplines exposées. Il est admis que la plupart des manifestations sportives, lorsqu’elles sont fortement médiatisées, génèrent, en particulier sur le territoire organisateur, une demande importante en termes de pratique dans la période post– et parfois pré – événement, visible notamment chez les plus jeunes : le football, l’escrime ou encore l’athlétisme et maintenant le rugby sont là pour en témoigner. Mais cette [...]

Ressources

Pour aller plus loin

Avec une hausse de 26% du nombre de licenciés, le succès de la Coupe du monde est indéniable. La préparation de l’événement par la Fédération et le Comité a joué un rôle déterminant qui pondère l’impact direct et unique de l’événement; tout comme l’ouverture progressive du monde de l’Ovalie au « grand public » depuis une dizaine d’année. Mais quels sont les territoires qui profitent le plus de cette hausse et pourquoi ? Quelles sont les catégories de population les plus concernées ? Quelles sont les incidences sur les clubs, sur la pratique ? Quelles ont été les adaptations nécessaires ? Autant de questions abordées dans cette étude.